Skip to content

NIGHTWISH – EPICA

octobre 9, 2007

DARK PASSION PLAY

THE DIVINE CONSPIRACY

 

2 des plus grands groupes de metal-symphonique à voix féminine du monde. L’un était attendu au tournant, l’autre je ne connaissais que de nom. 2 albums similaires, mais avec chacun sa voie. Les 2 viennent du label vingtenaire Nuclear Blast. Les 2 ont une voix d’exception même si l’un a perdu, à mon avis, une des plus belle voix du monde du metal.

Les 2 ont une dimension épique énorme. Quand je dis énorme, c’est que cela vous donne envie de revenir au temps des vikings et de partir conquérir des terres armés de votre hache à 2 mains et de votre courage. Le monstrueux morceau d’ouverture de DPP résume ceci en … 15 minutes !!! Il me rappelle d’ailleurs Beauty of the Beast sur Century Child. Épique, pas d’autre mot. On a l’impression de se faire conter une histoire en 1 titre … Indigo n’est en tout cas pas en reste comme premier titre sur TDC, avec ses choeurs et son instru de fou qui fout la chair de poule avant de lancer The Obsession Devotion.

Les voix masculines différent par contre. Markko de Nightwish a une voix claire et belle, faisant penser un peu à Rhapsody, et accompagne superbement la nouvelle venue Anette. Pour Epica, Mark Jansen s’occupe plutôt de pousser quelques grognements bestiaux qui restent tout à fait dans la mélodie mais qui pourrait rebuter les moins enclins au rugissements Danifilthiens.

Des deux côtés, les solos de guitares énormes et les double pédales détruisent tout sur leur passage. Et puis chacun ajoute un peu d’exotisme dans les mélodies de ses titres. Fools of Damnation sur TDC a des accents proche-orientaux sublimes. Les sonorités celtiques ressortent clairement de Last of the Wilds & The Islander sur DPP et cela donne des morceaux vraiment classes, en rajoutant les batteries et autres éléments métalliques.

Quelques instants de répis sont accordés sur chacun des albums. Là la voix de chacun vous transporte dans le calme et la magie des forêts peuplées de fées et d’autres créatures mythologiques … En vrac : Eva et Meadows of Heaven sur DPP, Chasing the Dragon & Safeguard to Paradise sur TDC. Certains morceaux relèvent presque de la BO puisque le La’fetach Chataz Rovetz, interlude à la moitié de TDC, fait vraiment penser à Vanguard … !!! Je vous promets !!! (quel g33k…). D’autres sont un peu plus accessible, du style d’Amaranth (DPP), For The Heart I Once Had (DPP) et Never Enough (TDC). Son un peu plus léger et refrain pas trop porté sur la double. Mais ces derniers ne sont cependant pas moins bien que les autres en tout cas !

Et puis, Epica nous livre tout comme leur confrères un morceau fleuve de 14 minutes à la fin de TDC. Énorme, tout simplement ! Cela passe de moments agressifs à d’autres plus tranquilles, puis à des bouts instrumentaux. Je vous promet que d’écouter les 2 albums à la suite (DPP puis TDC) ça vous fout de sacrés moment de plaisir musicaux ! Au total, près de 150 minutes !!! Je conseille aussi de jouer, pour les g33k comme moi, en même temps. C’est délectable !

Morra’s selection on DPP : The Poet and the Pendulum, Last of the Wilds, Bye Bye Beautiful

Morra’s selection on TDC : Sancta Terra, Indigo, The Obsessive Devotion

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :