Skip to content

The Birthday Massacre ~ 11.11 at the Abart Music Club

novembre 17, 2007

Putain, putain de concert !

Oh oui… Rien de tel qu’un bon petit live pour un dimanche dégueulasse ! La route a été pénible jusqu’à Zürich, mais heureusement discussions et bonne musique ont contribué à égayer une route noyée dans la pluie battante (à l’aller, comme au retour…)

 

Et puis, je l’aime bien moi Zürich. Enfin, je ne connais que ses rues pour le moment mais on s’y repère déjà bien après quelques allées et venues dans les longues avenues.

 

L’Abart. Un joli petit club, placé entre une petite gare et l’entrée d’autoroute, dont la petite taille renforce le côté underground. Déco quand même un peu trop froide et métallique mais de circonstance pour ce soir placé sous le rock industriel.

En introduction, un jeune groupe du nom de Psycho Luna. Jeune groupe allemand créé en 2000, ils nous ont livré un bon petit metal limite emo dont les influences telles que MM, Svbway to Sally, In Extremo et consorts se ressentaient dans leur musique . Bien punchy et en allemand s’il-vous-plaît, cela nous a mis en bouche pour la suite et quelle putain de suite …

[rockyou id=90913648&w=450&h=338]

Décor sobre, juste un grand drapeau frappé du logo du groupe. Des bruits de jeux video old-school retentissent dans la salle. Je reconnais la mélodie et nous nous dirigeons alors directement au 2e rang pour profiter un max’ du concert (même si un géant de 2m chevelu était >juste< devant…). En effet, c’est avec le titre Video Kid que TBM commence son set. Chibi en robe noire courte et cheveux noirs comme le jais. A 6 personnes sur scène, il faut dire que la place était vraiment restreinte et Rainbow, qui bougeait et se déplacait sans cesse, était à l’étroit avec sa grande taille. Mais la proximité rendait le concert presque intime et la chanteuse n’hésitait pas à lancer des clins d’oeils et à chanter avec les plus proches.

De ce groupe je ne connaissais que 2 chansons : Video Kid et Blue. Autant dire que j’ai carrément été bluffé par le reste. La puissance des riffs aurait pu décoler les papiers peints qu’il n’y avait pas dans la salle ! Surtout, ces mélodies sont vraiment uniques et j’ai bien de la peine à les rapprocher d’un autre groupe. La voix de Chibi est vraiment belle et son charisme charma toute l’assemblée de ses grimaces furieuses et sourires d’ange. Cette dernière n’hésitait pas non plus à headbanger telle une Candace de WoJ.

Les tracks se sont succédés et ne se ressemblaient pas. Certains plus lent et atmosphériques que d’autres plus violent et qui ferait limite rougir les pontes de l’indus comme Rammstein ou Ooomph !. C’est surtout le contraste entre la douce voix et la musique indus violente ainsi que les mélodies envoûtantes au synthé lancées par Owen qui rendent la musique de ce groupe canadien si intéressante. Franchement, chacune des songs se valait et l’alternement entre heavy/tranquille était parfait. Un rappel de 2 songs -déjà, comme cela a passé vite…- et nos canadiens nous ont laissé encore sonnés par cette prestation.

Une bière au coin du bar et l’Abart se vidait gentiment jusqu’à ce qu’il ne reste plus grand monde. Après quelques hésitations de ma part, nous avons été, Léo & moi, interviewer Chibi et prendre une photo bien sympa avec le groupe presque complet ! Vraiment gentille et abordable, ainsi que les autres membres, belle leçon de vie et d’humilité. Les groupes proches de leurs fans, des gens, du public, il n’y a que ça de vrai, de rock’n’roll !

Du côté des artworks, c’est vraiment très TRÈS beau. Je vous conseille vivement d’aller visiter ce monde violet merveilleux et dangereux sur le site-concept du nom de NOTHING & NOWHERE. C’est absolument magnifique et ils ont vraiment bien bossé sur les visuels, l’ambiance et la musique. On se croirait dans une version d’Alice en violet et noir, sombre et cruelle.

Je vous encourage en tout cas vivement à découvrir ce groupe qui mérite amplement d’être connu, pour tout fan de rock ou de metal. Chacun sera comblé, tant ceux qui préfèrent les plages plutôt electro et tranquille, voire mélancolique (Unafamiliar) que les amateurs de gros metal indus avec Red Stars. Allez, foncez, je vous mâche le travail et vous laisse les liens importants, vous ne serez pas déçus :

NOTHING & NOWHERE
TBM’s MYSPACE
THE BIRTHDAY MASSACRE

The Interview : à suivre dans un prochain post…

Voilà, vous avez toutes les clés en main pour découvrir le superbe monde de The Birthday Massacre, bon voyage !

Stay (rock)

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :