Skip to content

KoRn ~ 27.2 at the Arena

mars 12, 2008

Bakersfield a encore de quoi nous surprendre …

Non pas que leur dernier album en date soit une daube, non, mais disons qu’il n’a pas l’essence purement violente des débuts du groupe californien.

Pourtant, on pourrait croire que les lives perdraient alors de saveur au fil des années, de fatigue, de lassitude, de productions trop léchées… Que nenni, KoRn est encore là et pour encore un bon bout de temps !

Mais revenons au début …

Arrivés juste au milieu du set des suédois de Deathstars, Léo and myself avons été se placer au plus près pour se prendre du décibel en guise d’apéro. Pas mal du tout le metal indus, ca réveille, c’est froid, c’est glauque, c’est sursaturé de rouge sur scène et le public en redemande. Ma foi, c’est une bien bonne première première partie !

Entr’act, petite blonde avec Lery pour se préparer à la suite. C’est qu’il y a une sacrée foule qui est venue voir nos nu-metaleux ! Le fait que cela se passe, enfin, en terres romandes est déjà une excellente chose !

Et après quoi ? Flyleaf. Avril n’a qu’à retourner faire ses photos de mode, la relève féminine est assurée. Accompagnée d’un bassiste complètement n’importe nawak’ qui jumpait de tout ce qui avait plus de 1 mètre de hauteur, la chère Lacey Mosley a prêché son rock d’une bien belle façon. Quoique. La song dédié à ce cher Jésus Christ était peut-être le mot de trop, mais passons, là n’était pas la question. Donc après ces 2 sets intéressant, la place était libre …

KoRn

Oui. Ce nom résonnera encore longtemps dans les coeurs de fans de metal. Qu’importe les départs, qu’importe les évasions solos, qu’importe les albums moins percutants, tant qu’ils continuent de nous détruire en live, c’est l’essentiel.

Et c’est bien là où KoRn est le plus beau, le plus grand. C’est sur scène, avec le micro de Giger, avec une installation d’aide respiratoire pour les problèmes de Jon Davis, avec Fieldy qui gifle sa basse avec un look *latino-assassin* superbe et Munky de retour après des problèmes familiaux. La foule était compacte, transpirante, motivée comme jamais et prête à tout en ce dimanche soir.

Rien que le fait que le micro de Jon se dévoile provoque l’hystérie…

Alors la danse macabre commence avec l’intro du petit dernier, celui-qui-n’a-pas-de-nom. Les nombreux musiciens s’avancent alors sur la scène. Puis s’engage un compte à rebours impressionant, violant et claquant du batteur avec un effet lumineux dévastateur. Et au fur et à mesure des battements de coeur, arrivent Fieldy et Munky. La tension va alors atteindre son apogée. Jonathan entre en dernier, en kilt et ready as always ! Munky lance un riff assassin, un des plus violent de la carrière du trio, celui de Right Now

Autant dire qu’il ne m’a fallut que quelques secondes pour m’approcher de la scène au milieu d’une foule complètement déchainée et furieuse. C’était vraiment trop trop beau, et bon. Rien de tel que de commencer un concert de cette manière, bravo les gars !!!

Comme je disais, KoRn n’a rien perdu de sa rage en live et c’est pour cela qu’ils privilégient les anciens morceaux, les « vrais ». Quelle chance de pouvoir entendre les vieux titres poussiéreux, tels que Faget ou Helmet in the Bush. Un vrai délice pour tout fan de KoRn qui se respecte. Les tubes en puissance explosent l’Arena, Falling Away From Me et son poing rageur, levé vers le ciel, levé, de rage. Les songs de SYOTOS et UNTITLED sont comme des pauses pour reprendre son souffle, mis à part l’énorme et massif Coming Undone qui a reçu en plein milieu un We Will Rock You fédérateur.

Quelques songs avant la fin, je sortis pour aller accomplir mon devoir de fan sans limite du rock et aider à distribuer les Daily-Rock avec quelques collègues venus pour l’occasion, ainsi que Miss Rock aka Léo. Hop, juste derrière la sortie pour être en bonne position. Léger pincement au coeur ; c’est Somebody Someone, Blind, Got The Life qui font résonner les piliers de l’Arena… Pas grave, l’essentiel aura été vu et, surtout, la confiance en ce groupe est revenue à la charge, comme pour me mettre une bonne claque et me rappeler qui est à l’origine du courant le plus populaire de metal de la fin des années ’90.

Oui KoRn est encore un grand groupe. Oui je me fous de l’avis de autres. Oui je retournerai les voir. Oui KoRn mérite plus que jamais une énorme reconnaissance.

D’ailleurs je m’envoie de suite Blind et je me jette contre les murs de ma chambre …

ARE YOU READY
???

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :