Skip to content

Anti-Flag, Punish Yourself ~ 16.5 at the Balélec

mai 21, 2008

Le sale temps s’est fait menaçant,
mais seules quelques misérables gouttes
ont rafraichis les festivaliers du Balélec ’08

Non la pluie ne nous aura pas fait peur. Les festivals de l’année passée nous ont forgé une résistance à n’importe quel temps.

Balélec. Je me rappelle bien l’année, 2003, où j’allais pour une de mes premières fois à un concert rock, en plein air, la vraie vie quoi. En plus, ce n’était pas n’importe qui que j’allais voir. Oooh non, c’était bien mon groupe de l’époque, qui l’est toujours soit-dit en passant, -H-I-M-. Et quel pied ! Vraiment, c’était juste un concert génial ! Avoir un groupe pareil dans un festival étudiant, ce n’est pas tout les jours !!!

Alors 2008, quoi de beau sur l’affiche ? Anti-Flag et Punish Yourself. Hop, ni une ni deux, c’est direction l’Uni le 16 avec Lery et Yannick. Les premiers sont sur la grande scène, les seconds bien plus tard sur la scène Azimut. Rien ne presse, nous avons toute la soirée !

ANTI-FLAG

A bas les drapeaux, à bas la guerre, à bas les crétins à tête de faucon, à bas l’impérialisme américain. En clair, un pur live punk nous attendait sous la grande scène. Mené par Justin Cathal Geever aka Justin Sane, le groupe de Pittsburgh (Pennsylvanie) a su mettre un sacré coup de pied au cul du Balélec. La fosse était sens dessus-dessous. Je me suis retrouvé à terre à peine au deuxième morceau, le genou ruiné pour le reste de la soirée. Un bon gros bordel et du très bon son !

Ils ont vraiment bien mis l’ambiance, scandant leurs idéaux punk, incitant à lever le majeur envers G.W.B. et le poing en signe de protestation. Vers les 3/4 du concert, Chris #2, bassiste de son état, a demandé à tous de libérer le milieu du pit et de se préparer à faire un putain de circle pit de folie. Tout le monde s’exécute, à fond dans le truc, et c’est un cercle de 15 bons mètres qui s’ouvre. Malgré mon genou ruiné, je suis prêt ! Anti-Flag relance la zik à coin et le vortex se lance, tel un tourbillon infernal ne laissant que peu de chance à ceux qui tombent, créant une véritable folie furieuse. Le record tenu par DevilDriver au Download 2007 n’est peut-être pas battu, il reste qu’il fut bien gros et solide ! Un véritable défouloir !

Malheureusement, les bonnes choses ont toujours une fin et Anti-Flag balance ses dernières flèches, ses derniers hymnes punk qui foutent une sacrée chair de poule. Pour n’avoir que peu entendu de songs avant de les avoir vu, autant dire que ce fut une excellente découverte et un live digne de ce nom. what next ? …

X MAKEENA

Alors que nous sirotions quelques bières bienvenues pour apaiser la soif dûe au premier concert, nous nous sommes dirigés vers la scène Azimut où avait lieu le live de PY. Juste avant eux, un groupe appelé X Makeena. Créature hybride mélangeant drum’n’bass et hip-hop, la prestation scénique de ce duo de rappeurs français était ébourrifante !

Vêtus tels les fous furieux de Mad Max, projetant une ambiance hypnotique et violente sur le public, jouant sur les lumières, utilisant un canon de fumée, se rapprochant parfois de la démence d’un Prodigy, X Makeena m’a réellement épaté même si je ne suis pas friand de hip-hop. Sûrement grâce à leur univers complètement décalé et sans bling-bling !

PUNISH YOURSELF

Allez, je le dis, c’était le clou de la soirée. A peine 3 mois après leur passage monstrueux aux Docks de Lausanne, les cyberpunks fluos étaient de retour sur les terres suisses. Conquis par leur univers, par leur musique, par leur folie, je n’attendais qu’eux pour me laisser entrainer dans cette spirale infernale.

Et Punish, ca envoie direct dans les dents, avec un Guns de toute puissance, un skeud qui a fait exploser la fosse derrière moi. Ah j’aime ; que ce soit le jazzy et violent Las Vegas 2060’s avec Klodia qui danse frénétiquement avec son chapeau ou Sister Apocalypse dans la même veine, le furieux Mothra Lady ou encore le totalement psychédélique Gimme Cocaine. Le fluo reste une valeur sûre en live, contrairement à ceux qui se déhanchent bizarement dans les rues avec une musique détestable. Puis Gay Boys in Bondage, See ya later alligator, Rock’n’Roll Machine, autant de boulets de canons tirés par les terroristes sonores.

VX69 toujours aussi frappé, tordu dans tous les sens, est au top. Peut-être moins qu’aux Docks vu que les barrières sont loin de la scène, la proximité rendant le live bien plus intense. N’empêche qu’il viendra tout de même prendre un bain de foule incandescent avant de remonter sur scène et de finir complètement à poil et de se confectionner un short de scotch de carrossier !!! Sexuel, gore, érotique, violent, le monde de Punish Yourself est un véritable chaudron de liberté totale. Sur album, c’est tous simplement génial. Le dernier en titre, Cult Movie, est un bijou, mélangeant ambiances glauques et riffs puissants de metal-indus. Et sur scène, c’est l’apocalypse, renvoyant au couvent le Manson de 2007 (oui, au dernière nouvelles le révérend serait retourné à ses anciens démons, à ses grandes périodes de débauches nihilistes. La jet-set, ca va un moment …). Sonné, je reste encore de longues minutes à voir le groupe ranger lui-même ses instruments avec les roadies. Encore un live, encore une claque, je ne m’en lasse tellement pas !

Bref, PY c’est une expérience juste hors du commun, à tester absolument et sans modération. D’ailleurs, ils reviendront sous peu puisque 2 concerts sont programmés en novembre dans la région !

THIS IS NOT ROCK’N’ROLL

THIS IS SUICIDE

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :