Skip to content

Satyricon ~ 30.11 at the Romandie

décembre 8, 2008

barre des 4’000 visites franchie, merci à tous mes lecteurs ♥ love

Depuis son ouverture en septembre, Le Romandie nouveau format m’attendait. J’avais déjà été emballé par l’architecture des lieux et par son ambiance. Mais sans concert, difficile d’avoir un avis total ! Le moment fut venu en ce dernier jour de novembre de tester cette nouvelle salle rock, avec du très bon cru norvégien !

Le premier groupe ayant annulé au dernier moment, Zonaria entrera le premier sur scène. Venu de Suède, autre pays légendaire du metal extrême, le combo nous servira un death bien comme il faut et mélodique à point pour hocher la tête en rythme. Le pit était calme au départ puis eu quelques spasmes violents, tandis que des masses chevelues, qui cachaient presque la scène lors d’énormes headbangings, occupaient les premiers rangs !

Puis les roadies et staff du Romandie dégagent les instrus de Zonaria pour faire place aux magnifiques pièces de Satyricon. La batterie de Frost, une des plus grandes que j’ai jamais vue, trône au milieu et est cernée de ronces métalliques. Un véritable rempart. Le synthé est placé sur sa droite et le pied de micro de Satyr reste caché. Surprise. Sa forme ne ressemble guère à celui, aussi tout en torsades, qui était utilisé lors de leur passage au Fri-Son en 2006. Juste avant le début du set, il nous est révélé : un trident dans du bois d’ébène. Superbe !!! La messe noire du Black peut commencer !

Les musiciens arrivent en file indienne, Frost en tête les cheveux cachant totalement son visage baissé, les sticks à la main. Chacun se saisit de son instrument, prêt à en découdre sur les planches et arrive Satyr. Et là, c’est le drame… Non, pas du tout en fait. Certains pourraient le penser mais je ne trouve pas.

Les cheveux plaqués par une bonne quantité de gel, vêtu d’une chemise bien propre, le Satyr de l’Âge de Nero est classe. Il pourrait presque être le gendre idéal. Mais les apparences sont bien souvent trompeuses. S’il n’a plus ses longs cheveux noirs, ses jeans crades et une liquette dévoilant ses tatouages, Satyr n’a rien de perdu de son attrait maléfique. Son visage fin et acéré fait d’ailleurs bien penser au corbeau qui orne la dernière cover. Un vrai dandy du Black Metal, un peu à l’image d’Ihsahn d’Emperor. En plus, il se sent bien chez nous vu qu’il trouve nos paysages magnifiques et le public motivé. Merci Satyr !

Et puis le show reste excellent. La setlist regroupe les meilleurs titres du combo, avec une mise en avant des derniers : The Wolfpack, Black Crow, Commando… Tout du lourd, extrêmement bien mené. Sur The Sign of the Trident, Satyr lève son pied de micro et le brandit au dessus de la fosse. Ce trident, énorme, fait une belle impression et le public n’hésite pas à faire les chœurs sur Diabolical ou The Pentagram Burns.

Le groupe s’absente un instant tandis que le Romandie réclame le titre adoré des fans de Satyricon : Mother North. Ce ne sera pas encore pour tout de suite. Satyr et les siens reviennent sur KING, bijou sur Now, Diabolical. Et d’enchaîner avec un titre dédié au moshpit, Fuel for Hatred. De nouveau, le groupe laisse la scène vide. Mais ce serait un peu comme si KoRn partait sans faire Blind. « Mother North, Mother North, Mother North » scande l’entier de la salle. Et la mélodie d’intro commence, avec des lumières bleues blafardes qui éclairent par le bas Satyr et Frost. Un hymne aux temps médiévaux, d’une ambiance à faire dresser les poils de frousse.

Satyr n’est peut-être plus le terrifiant chanteur aux peintures de guerres des débuts, ni le rocker crasseux de Now, Diabolical, mais il garde son charme et sa puissance scénique. On ne demande pas mieux et The Age of Nero est un album excellent qui prolonge parfaitement son prédécesseur !

BLACK TIME

stay sic

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :